Article(s) archivé(s) de la catégorie Nos projets

Améliorer la prise en charge des violences liées au genre au Nigéria

Améliorer la prise en charge des violences liées au genre au Nigéria

Médecins du Monde intervient depuis 2016 au Nord Est du Nigeria dans l’état du Borno, particulièrement pauvre et durement touché par une crise violente et continue depuis 2009. Dans cet état, 1,8 M de personnes ont été déplacées, dont 60 % de femmes et de filles et 700 000 femmes et jeunes filles en âge de procréer ont subi des violences sexuelles.

La Fondation Médecins du Monde a financé en 2019 un travail de recherche de terrain de l’ONG américaine Population Council, qui vise à réduire les délais de prise en charge et améliorer sa qualité, ainsi que l’impact de la prévention des violences liées au genre. 

50 personnes – survivant·es ayant consulté ou non, leaders communautaires, membres des familles ou des communautés concernées – ont été interviewées dans le cadre de ce projet afin d’analyser avec précision les conditions d’exercice des violences, les barrières culturelles et économiques au recours au soin, ainsi que les attitudes à développer chez les soignants.

Journée scientifique de la santé humanitaire et solidaire

Journée scientifique de la santé humanitaire et solidaire
© Valentina Cugusi
© Valentina Cugusi

La Fondation Médecins du Monde soutient la Journée Scientifique de la Santé Humanitaire et Solidaire. Ce rendez-vous constitue un temps d’échange annuel sur la question de la santé, de la précarité et de l’action humanitaire en France et à l’international en mettant en valeur les résultats des recherches et des innovations dans le champ médical et social.

  • Thème 2017 : « Le poids de la recherche et de l’expérience humanitaire dans les décisions politiques »
  • Thème 2018 : « Les pratiques de collaboration entre chercheurs, acteurs de terrain et personnes concernées »
  • Thème 2019 : « Les déterminants de la santé des populations de plus en plus confrontées à des parcours de survie »

Recherche-action sur la santé en milieu carcéral

Recherche-action sur la santé en milieu carcéral

Sous la direction du sociologue Éric Le Grand, professeur à l’EHESP de Rennes (École des Hautes Études en Santé Publique), un projet sur 3 ans de recherche-action a été financé par la Fondation en coordination avec le programme de Médecins du Monde dans le centre de détention et la maison d’arrêt de Nantes.

En donnant la parole à des détenus, hommes et femmes, mais aussi aux personnels pénitentiaires et soignants, l’objectif visé est d’améliorer la santé des personnes incarcérées. En milieu carcéral fermé, les contraintes de sécurité rendent plus complexes l’accès aux soins : difficulté à maintenir le secret médical, délais de prise en charge trop longs…

Aujourd’hui, la démarche communautaire mise en place par Médecins du Monde et analysée par Éric Le Grand révèle des premiers résultats positifs qu’il convient désormais de consolider. Détenus, gardiens, soignants : toutes les parties prenantes ont vu leurs compétences personnelles en matière de santé renforcées. Ainsi, dans le quartier femmes, les détenues se mobilisent déjà comme de véritables relais communautaires en santé.

Soulager la souffrance psychologique des enfants et des adolescents syriens réfugiés en Jordanie

Soulager la souffrance psychologique des enfants et des adolescents syriens réfugiés en Jordanie
© Olivier Papegnies

En 2016, la guerre en Syrie est entrée dans sa 6e année. Près de 1,3 million d’hommes, de femmes et d’enfants réfugiés syriens vivent en Jordanie. Les réfugiés ont pour la plupart été exposés à des violences et à des chocs. Leurs conditions de vie sont précaires et il leur est très difficile de se projeter dans l’avenir ce qui génère de l’anxiété et d’autres troubles en santé mentale comme la dépression.

La Fondation a choisi de soutenir Bright Future, une association syro-jordanienne portant secours aux enfants en grande souffrance psychologique et à leurs familles.

Près de 850 consultations ont été menées par des psychologues et des psychiatres. 1 610 personnes ont été visitées à leur domicile.

Des sessions d’aide à la parentalité ont été suivies par 125 parents, essentiellement des mères. Ces sessions leur permettent de trouver les ressources nécessaires et adaptées à leur rôle de parents face aux signes de souffrance, détresse ou agressivité de leurs enfants.

Aider les migrants rapatriés de force au Guatemala

Aider les migrants rapatriés de force au Guatemala
© Tomas Bravo – Reuters

La Fondation a choisi de venir en appui à l’Association des Retournés Guatémaltèques (ARG), au Guatemala, unique association communautaire active auprès des personnes rapatriées de force des États-Unis et du Mexique vers le Guatemala.

L’Association a été créée en 2013 par des personnes migrantes rapatriées de force et compte 15 bénévoles actifs. Au Guatemala, 700 à 800 personnes migrantes rapatriées de force des États-Unis et du Mexique arrivent chaque semaine à l’aéroport de la capitale. La majorité d’entre elles a quitté le Guatemala depuis de nombreuses années et n’a plus d’attache locale. L’association accueille, oriente et soutient ces personnes dès leur arrivée et leur offre des soins et un accompagnement global pour leur permettre de se réinstaller dans les meilleurs conditions possibles.

Le projet soutenu par la Fondation vise plus spécifiquement à l’amélioration de la capacité de prise en charge proposée par l’ARG par la création d’outils pratiques et le développement d’un guide de prise en charge médicale. Notre soutien leur a également permis de s’implanter dans d’autres localités comme Huehuetenango, Ayutla et San Marcos à la frontière mexicaine, de mener des actions de plaidoyer et de sensibilisation auprès des acteurs étatiques, de la société civile et du secteur privé.

Former des leaders communautaires en Ouganda

Former des leaders communautaires en Ouganda
© Olivier Papegnies

En Ouganda, la Fondation Médecins du Monde a choisi d’apporter son soutien à des organisations communautaires de minorités sexuelles et de genre, dans un contexte général de répression et de violences à leur égard. Ce partenariat permet à des leaders communautaires en Ouganda de recevoir une formation au leadership humanitaire et participe au développement des capacités d’agir des organisations communautaires, qui luttent pour les droits et l’accès aux soins de ces populations.

Ce programme de formation s’inscrit dans la continuité du travail que mène Médecins du Monde avec l’organisation locale ougandaise MARPI (Most At Risk Populations Initiative) qui offre des services de soins VIH et de santé sexuelle et reproductive pour les populations les plus touchées par le VIH à Kampala, la capitale du pays, et ses environs depuis 2009. Malgré un contexte légal largement répressif, MARPI a su bâtir une relation de confiance avec le Ministère de la Santé et le Programme national de lutte contre le VIH/sida qui, tous deux, ont bien saisi les enjeux de santé publique autour de l’accès aux soins des minorités sexuelles et de genre.

Le soutien de la Fondation contribuera à l’émergence et au développement des capacités d’action des organisations communautaires dans le pays.

Accompagner les recycleurs de e-dechets aux Philippines

Accompagner les recycleurs de e-dechets aux Philippines
© Lam Duc Hien
© Lam Duc Hien

De nombreux recycleurs informels démantèlent les déchets électriques et électroniques à Manille (Philippines). Ils ont commencé à s’organiser pour améliorer leurs conditions de travail et leur environnement de vie et ainsi réduire les risques pour leur santé et construire un avenir meilleur pour leur famille. La Fondation Médecins du Monde accompagne les associations qui ont été créées pour qu’elles poursuivent leurs actions de prévention des risques, d’éducation et de promotion de leurs droits.

Depuis 2017, la Fondation Médecins du Monde accompagne 4 associations de recycleurs qui se réorientent vers les activités génératrices de revenus complémentaires à ceux obtenus par le recyclage d’une part et la formation de leurs membres à d’autres métiers d’autre part.

En 2018, les 4 associations comptaient plus de 150 membres et avaient accordé 9 aides à la création de micro-projets. Le projet a permis  de :

  • Renforcer les capacités organisationnelles et managériales des leaders d’associations à travers des formations terrain,
  • Institutionnaliser les associations à travers leur accréditation auprès des autorités,
  • Soutenir les très petites associations dès leur conception à travers des études de faisabilité.

La Fondation renouvelle son soutien en 2019 avec pour objectif l’autonomisation de ces petites associations.

Améliorer l’accès des femmes aux services de santé à Donetsk et Lougansk

Améliorer l’accès des femmes aux services de santé à Donetsk et Lougansk
© Marko Djurica – Reuters

L’Est de l’Ukraine est une région en conflit depuis 2013, particulièrement touchée par le VIH/Sida. En janvier 2017, 292 000 déplacés internes étaient enregistrés à Lougansk (60 % de femmes) et 559 900 à Donetsk (60 % de femmes). Les personnes déplacées ont de grandes difficultés à accéder aux services de santé pour des raisons administratives. Il est également extrêmement difficile d’accéder à un emploi. Enfin, la proximité avec la ligne de conflit accentue la récurrence des violences liées au genre.

La Fondation Médecins du Monde soutient l’association Club Svitanok qui vise à fournir des services de santé sexuelle et reproductive à 500 femmes en situation de vulnérabilité extrême vivant à Lougansk et Donetsk.

Recherche-action sur le cancer du col de l’utérus au Burkina Faso

Recherche-action sur le cancer du col de l’utérus au Burkina Faso
© Jacky Naegelen – Reuters

L’objectif principal de la recherche socio-anthropologique menée en amont de la mise en place d’un projet opérationnel de prévention du col de l’utérus par Médecins du Monde est d’identifier les facteurs influençant l’accès à la prévention et aux soins du cancer du col de l’utérus à Ouagadougou (Burkina Faso). Cette recherche examine également l’ensemble du système de contraintes que rencontrent les femmes lorsqu’elles essaient de se protéger du cancer du col de l’utérus, en réalisant une typologie des différents déterminants du cancer du col de l’utérus.

L’étude, menée sous la direction de Dolorès Pourette, Anthropologue à l’Institut de recherche pour le Développement, CEPED UMR IRD-Université Paris Descartes, a révélé ses premiers résultats en mars 2019. Une campagne de sensibilisation de proximité auprès des acteurs formels (professionnels de santé, associations communautaire) et informels (lieux publics, marchés, etc.) est nécessaire pour atteindre un maximum de femmes. La gratuité du dépistage doit être appuyée dans le discours de communication. Aussi la formation du personnel dans les structures de première ligne doit être renforcée.

Améliorer l’accès au planning familial dans la bande de Gaza

Améliorer l’accès au planning familial dans la bande de Gaza
© Olivier Papegnies

L’association Culture and Free Thought Association (Culture et Pensée Libre ou CFTA) a été créée en 1991 à Gaza, en Palestine, par 5 femmes mobilisées pour les droits des femmes et la formation de femmes leaders. Aujourd’hui, CFTA gère 5 centres à destination des enfants, des jeunes, des femmes et des personnes en situation de handicap avec une approche basée sur les droits humains.

CFTA est une association militante indépendante travaillant sur des sujets sensibles et ayant toujours mis la qualité de ses pratiques au cœur de son action.

Le projet soutenu par la Fondation Médecins du Monde fait suite à 3 années de travail mené par Médecins du Monde pour renforcer les capacités de CFTA à offrir des consultations de planning familial de qualité et à introduire des méthodes modernes de contraception. Actuellement, la bande de Gaza fait face à une pénurie de moyens de contraception et souffre du manque de mobilisation du ministère de la santé. Le projet vise donc à s’assurer de la disponibilité des moyens de contraception dans le centre pour femmes de CFTA et mener des actions de plaidoyer pour mobiliser les acteurs en vue d’obtenir des solutions plus pérennes.